Visites depuis le 12-10-2016

Retrouvez-moi sur FaceBook

(Cherchez Jean-Louis Coussot)
Pages professionnelles :

Site Web  MODEL CONSULT

Page Facebook MODEL CONSULT

 

La météo avec WindyTV

TICHY 2000 RES

Kit ARF Silence Model

 

 

Comme la plume au vent...

(Like a feather in the wind...)

 

Nombre de visites de cette page / Number of visits of this page

Depuis quelques années, on voit une catégorie de compétitions de durée-précision en planeur prendre de l’importance, celle destinées aux modèles « RES »... Comme ce fut le cas il y a entre 25 et 30 ans, c’est l’envie de permettre à tous, quelques soit l’âge et le budget, de se retrouver pour des concours aux règles simples et avec des modèles très accessibles. Le nouveau Tichy 2000 RES de Silence Model est un des rares kits ARF disponible sur le marché et si je ne suis pas compétiteur, je suis persuadé que ces modèles doivent formidables pour voler juste pour le fun, dans le petit temps...

 

In recent years, we have seen a growing category of gliders contest based on flight time and landing accuracy, that intended for “RES” models ...

As it was 25 or 30 years ago, it is the desire to allow everyone, regardless of age and budget, to meet together for contests with simple rules and with very affordable models.The new Tichy 2000 RES from Silence Model is one of the few ARF kits available on the market and if I am not a competitor, I am convinced that these models must be great to fly just for fun, in light air ...

 

 

Caractéristiques                  Technical datas

Nom / Name   Tichy 2000 RES
Constructeur / Manufacturer   Silence Model
Lien / Link   http://silencemodel.fr/product.php?id_product=1550
Prix affiché au 28-01-2022 / Price on the 2022-01-28   410 €
Envergure / Wingspan   1990 mm
Longueur / Length   1245 mm
Surface alaire / Wing Area   35,7 dm2
Surface du stab / Horizontal stabilizer area   4,1 dm2
Masse annoncée / Weight (manual)   440 g
Masse obtenue / Effective weight   490 g
Profil d'aile / Wing Airfoil   AG Modifié / Modified AG
Charge alaire obtenue / Wing loading effective   13,7 g/dm2

Cela faisait un bon moment que l’envie de piloter un de ces planeurs « RES » me chatouillait… Manque de temps et un planning de constructions déjà bien chargé pour les mois à venir me faisaient temporiser la mise en chantier d’un de ces planeurs en kit laser, pourtant bien alléchants ! L’arrivée en décembre 2021 au catalogue Silence Model du Tichy 2000 RES a changé la donne, puisqu’il s’agit d’un kit ARF, en structure, qui ne demande que quelques petites heures pour être en ordre de vol. Il ne m’a pas fallu longtemps pour passer commande...

 

RES ?

L’idée de base est donc de faire de la durée-précision avec des planeurs économiques, utilisables par des pilotes de tous âges et de toutes conditions physiques. Ainsi, il a été défini que les planeurs devaient être majoritairement en structure bois, la fibre n’étant acceptée que pour la poutre de queue et éventuellement les longerons et bords d’attaque. L’envergure est limitée à 2 mètres. Le pilotage ne peut se faire que grâce à deux servos, donc soit direction et profondeur, soit deux élevons pour les ailes volantes, plus un ou deux spoiler(s) constitué(s) de palettes à l’extrados, commandé(s) par un ou deux servos, mais obligatoirement gérés par une voie unique (cordon en Y s’il y a deux servos).

La mise en altitude se fait exclusivement à l’aide d’un sandow.

RES vient simplement du nom des organes de pilotage, à savoir Rudder (direction), Elevator (profondeur) et Spoiler (Aérofrein).

Je ne vais pas détailler le règlement, mais si vous voulez tout savoir, rendez-vous ici (C’est en anglais...):

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwiIwrrfw_70AhXByIUKHVBIA70QFnoECAIQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.fai.org%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Fagenda_annex_7f_-_f3res_annex.pdf&usg=AOvVaw322-OjPDtsQDucPajFluuR

 

Ces règles font que les planeurs RES actuels se ressemblent beaucoup, avec une envergure juste sous les 2 mètres, une surface d’aile entre 33 et 38 dm2, des dièdres multiples pour une bonne maniabilité et en général de longs fuselages pour une grande stabilité. Les profils sont modernes et minces, majoritairement de la gamme des « AG ». Les masses varient entre 420 et 480 grammes pour des charges alaires autour des 13/14 g/dm2. Tout ceci fait penser à nos lancer-mains des débuts (comme mon Slider de 1995), mais en plus grand et avec le spoiler en plus ! On sait que le « lancer-main » devenu F3K s’est largement sophistiqué avec des règles complexes, des modèles de très haute technologie devenus fort coûteux et une pratique en compétition favorisant une bonne condition physique. Pour l’heure, le RES reste accessible et j’espère que ce sera longtemps le cas.

Notons qu’une déclinaison à moteur électrique des planeurs RES est bien sûr apparue, les « e-RES ».

The desire to fly one of these "RES" gliders tickled me for a while ... Lack of time and an already busy construction schedule for the coming months made me delay the building of one of these very attractive laser cut glider kits! The arrival in December 2021 in the Silence Model range of the Tichy 2000 RES was a game-changer, since it is an ARF kit, mostly in wood structure, which only takes a few hours to be ready to fly. It didn't take long for me to order ...

 

 

RES ?

The basic idea is to have contests based on flight time and landing accuracy with low-priced gliders, that can be flown by pilots of all ages and all physical conditions. Thus, it was defined that the gliders had to be mainly made of wood, the fiberglass or carbon fiber being accepted only for the tail boom and possibly the spars and leading edges. The wingspan is limited to 2 meters. Control can only be done with two servos, so either rudder and elevator, or two elevons for the flying wings, plus one or two spoilers made up of paddles on the upper surface, controlled by one or two servos, managed by a single channel (Y-lead if there are two servos).

The initial climb is done exclusively with the help of a Hi-Start.

RES comes simply from the name of the piloting organs, namely Rudder, Elevator and Spoiler.

 

I won't go deep into the rules, but if you want to know everything, go here :

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwiIwrrfw_70AhXByIUKHVBIA70QFnoECAIQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.fai.org%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Fagenda_annex_7f_-_f3res_annex.pdf&usg=AOvVaw322-OjPDtsQDucPajFluuR

 

These rules make current RES gliders look very similar, with a wingspan just under 2 meters, a wing area between 33 and 38 dm2, multiple dihedrals for good handling and generally long fuselages for great stability. The airfoils are modern and slim, mainly from the “AG” range. The weight vary between 420 and 480 grams for a wing loading around 13/14 g / dm2. All this reminds us of our early hand launch gliders (like my 1995 « Slider »), but bigger and with the spoiler added! We know that the "HLG", which has become F3K, is now using sophisticated technology, quite complex rules, very high-tech models that have become very expensive and a practice in competition promoting good physical condition. For now, the RES remains accessible and I hope that will be the case for a long time.

Note that an electro powered version of RES gliders has of course appeared, the "e-RES".

 

Quelques planeurs RES typiques :      Some typical RES gliders :

Les RES chez Silence Model

L'Oyat, kit laser à construire.

The Oyat, laser cut assembly kit.

Silence Model (alias Pascal Cepeda) propose à ce jour deux planeurs RES :

- L’Oyat est un kit à construire, découpé laser, de 1960 mm d’envergure et 35 dm2. Il peut être construit en planeur pur, ou motorisé. Avec moteur, il est annoncé à 750 g et 21 g/dm2. Il utilise un unique spoiler central.

- Le Tichy 2000 RES, qui est lui proposé en kit ARF, uniquement en planeur pur (à ce jour), annoncé à 1990 mm d’envergure, avec une surface que j’ai mesurée à 35,7 dm2. Lui aussi est doté d’un spoiler central unique. La masse est annoncée à partir de 440 grammes, j’avoue ne pas y être parvenu. Mais je sors à moins de 14 g/dm2… Tout va bien ! Notons que les photos du site nous montrent une livrée jaune, mais que le choix réel (quand je rédige cet essai) sera entre une version bleue et une version rouge.

Silence Model’s RES

Le Tichy 2000 RES, kit ARF

The Tichy 2000 ARF, ARF kit.

Silence Model (alias Pascal Cepeda) currently offers two RES gliders:

- The Oyat is a laser-cut kit with a wingspan of 1960 mm and wing area of 35 dm2. It can be built as a pure glider, or electro-powered. With motor set, it is advertised at 750 g and 21 g/dm2 for the wing loading. It uses a single central spoiler.

- The Tichy 2000 RES, which is offered as an ARF kit, only as a pure glider (to date), announced at 1990 mm wingspan, with an area that I measured at 35.7 dm2. It uses also a single central spoiler. The weight is announced from 440 grams, I admit that I did not succeed to be so lightweight. My wing loading is under 14 g/dm2… Everything is fine! Note that the photos on the website shows a yellow livery, but the real choice (when I'm writing this test) is between a blue version and a red version.

Découverte du kit...

Let's open the box...

Voici le contenu du kit.                                                                                                                                  Here is the kit content.

 

Commandé un dimanche, le colis est arrivé le mercredi suivant, parfaitement emballé dans de multiples épaisseurs de carton fort, et chaque élément ou lot d’accessoire largement gainé de bulle-pack. Donc, tout était en parfait état lors du déballage.

L’inventaire est assez rapide :

- Un panneau central d’aile, rectangulaire, de 200 mm de corde, tout en structure, partiellement coffré au centre et au bord d’attaque à l’extrados, avec le spoiler déjà installé. Entoilage en film thermorétractable léger, blanc semi-translucide. Ce panneau est totalement plan. Un téton de fixation avant en contreplaqué est en place et les trous pour fixer l’arrière par deux vis sont réalisés. Poids : 108 grammes.

- Deux panneaux externes d’aile, en structure balsa sans coffrage, avec des demi-nervures entre chaque nervure entre le bord d’attaque et le longeron. Ces panneaux ont un double dièdre. Les cordes sont de 200 mm, 165 mm et 140 mm, avec un saumon en quart d’ellipse. L’entoilage est en rouge transparent (ou bleu si vous choisissez le kit bleu…). Des tourillons sont déjà collés pour assurer le calage contre le panneau central. Des logements sont prévus pour des aimants qui suffiront à tenir les panneaux plaqués contre le plan central. Poids de ces panneaux : 48 et 49 grammes (à la précision de ma balance près !).

Le profil est un « AG modifié » dixit la notice. Son épaisseur relative est de 8,5 %, avec un très léger creux à l’intrados, à peine perceptible.

- Deux clés d’ailes en carbone moulées avec le dièdre.

- Le stab est en treillis de balsa de 3 mm très léger, avec la profondeur en planchette ajourée et profilée. Entoilage blanc translucide. Poids : 11 grammes.

- L’ensemble dérive et gouverne de direction est de même construction, et affiche 10 grammes sur la balance. On note la surface imposante de la gouverne !

- L’avant du fuselage est en structure balsa et contreplaqué, très proprement assemblée, avec une grande trappe d’accès à l’avant, et les écrous de fixation du plan central déjà en place. Tout est prévu pour l’installation du crochet de treuillage. Une petite soute à lest est prévue dans le nez, pour fignoler le centrage au millimètre près ! Poids : 73 grammes.

- La poutre arrière est moulée en fibre de carbone. Le diamètre varie de 18 mm à l’avant vers 15 mm à l’arrière. Le support de stab est intégré avec les écrous noyés, et pour la dérive, une fente avec des plaques de tenue très propres assure d’un montage fiable. Poids : 26 grammes.

- Une longue languette de balsa est fournie pour coller les gaines de commandes dans la poutre et éviter ainsi tout flambage, ce qui doit donner des gouvernes précises. Poids… négligeable !

- Au niveau accastillage, on va trouver deux guignols en époxy, une plaquette en époxy également pour le frottement du palonnier du spoiler, les aimants pour la tenue des ailes, de la trappe de nez, et plaquer le spoiler en position fermée, des vis nylon pour la fixation de l’aile et du stab, trois renforts en contreplaqué léger et enfin, l’ensemble du crochet de treuillage, à base en époxy, avec possibilité de réglage. A lui seul, il pèse 7 grammes. La totalité de l’accastillage représente 36 grammes.

- Enfin, pour les commandes, deux gaines en plastique avec une fine corde à piano de 0,8 mm pèsent 14 grammes.

On arrive à une masse pour la cellule complète de 375 grammes.

La qualité de fabrication est remarquable, les panneaux d’ailes sont parfaits, sans le moindre vrillage. Seul le stab me semble un peu « mou », avec une tendance à ne pas rester parfaitement plat. J’ai repris la tension de l’entoilage, mais impossible de le garder « parfait ». A force de faire léger, on finit par perdre forcément en rigidité…

J’allais oublier : un marquage « Tichy 2000 RES » en vinyle adhésif et des autocollants « Silence Model » sont inclus.

Et une notice en français termine cet inventaire. A noter que comme je suis le premier acquéreur d’un Tichy 2000 RES, j’ai fait remonter quelques infos à Silence Model et que la notice aura évolué en fonction. Celle que vous recevrez sera sans doute légèrement différente de celle de mon kit. Cette notice est aussi téléchargeable (en couleur !) depuis la page produit du site Silence Model, si vous voulez la consulter avant achat !

Survolez les photos avec la souris pour lire les légendes, ou cliquez dessus pour les voir en grand.

 

 

Ordered on a Sunday, the package arrived the following Wednesday, neatly wrapped in multiple layers of strong cardboard, and each item or accessory package heavily wrapped in bubble-pack. So everything was in perfect condition when unpacking.

 

The inventory is quite fast:

- A rectangular central wing panel with 200 mm chord, all in wood structure, partially boxed in the center and at the leading edge of the upper surface, with the spoiler already installed. It is covered with lightweight, semi-translucent white heat-shrink film. This panel has no dihedral. A plywood front mounting stud is in place and the holes to secure the rear with two screws are made. Weight: 108 grams.

- Two outer wing panels, in balsa structure without planking, with half-ribs between each rib between the leading edge and the spar. These panels will show a double dihedral. The widths are 200mm, 165mm and 140mm, with a quarter-elliptical wing tip. The covering film is in transparent red (or blue if you choose the blue kit ...). Pins are already glued to ensure the wedging against the central panel. Housing is provided for magnets which will be sufficient to hold the panels pressed against the central panel. Weight of these panels: 48 and 49 grams (accuracy of my scale!).

The profile is a "modified GA" according to the notice. Its relative thickness is 8.5%, with a very slight dip on the underside, barely noticeable.

- Two carbon wing joiners molded with the dihedral.

- The stab is in very lightweight 3 mm balsa mesh, with the elevator made of lightened and profiled plank. Translucent white covered. Weight: 11 grams.

- The fin and rudder assembly is of the same construction, and displays 10 grams on the scale. Note the imposing surface of the moving surface!

- The front of the fuselage is a very neatly assembled balsa and plywood structure, with a large front access hatch, and center plane mounting nuts already in place. Everything is planned for the installation of the towing hook. A small ballast bay is provided in the nose, to fine-tune the centering to the nearest millimeter! Weight: 73 grams.

- The rear beam is molded in carbon fiber. The diameter ranges from 18mm at the front to 15mm at the rear. The stab mount is integrated with built-in nuts, and for the fin a slot with very clean holding plates ensures a reliable fit. Weight: 26 grams.

- A long balsa string is provided to glue the control tubes into the beam and thus avoid any buckling, which should give precise control surfaces. Weight is… not mesurable!

- In the accessory package, we will find two epoxy rudder horns, an epoxy plate for the friction of the spoiler servo’s arm, magnets for holding the wings, the nose hatch, and flatten the spoiler in the closed position, nylon screws for securing the wing and the stabilizer, three reinforcements in light plywood and finally, the winching hook assembly, mostly made of epoxy plates, with possibility of adjustment. On its own, it weighs 7 grams. The total hardware represents 36 grams.

- Finally, for the controls, two plastic tubes with a fine 0.8 mm piano wire weigh 14 grams.

We arrive at a total weight for the complete airframe of 375 grams.

The build quality is remarkable, the wing panels are perfect, without the slightest twist. Only the stab seems a little "soft", with a tendency not to stay perfectly flat. I re-made the tension of the covering, but couldn't keep it "perfect". By dint of doing light, we end up necessarily losing rigidity ...

I almost forgot: Adhesive vinyl "Tichy 2000 RES" marking and "Silence Model" stickers are included.

And a French manual completes this inventory. Note that as I am the first purchaser of a Tichy 2000 RES, I have provided some informations to Silence Model so that the manual will have changed accordingly. The one you will receive will probably be slightly different from the one in my kit. This manual can also be downloaded (in color!) from the Tichy 2000’sproduct page of the Silence Model website, if you want to read it it before purchase!

Hover over the photos to read the captions, or click on them to see them in large size.

 

Equipements

Additional items

Pour compléter le kit, il faut prévoir :

- 2 servos pour la direction et la profondeur. J’ai retenu les HS-53 Hitec suggérés par le site Silence Model. Ils pèsent 8 grammes pièce.

- 1 servo pour le spoiler, assez puissant pour décoller l’aimant et pousser la large palette, mais très petit car la place est comptée, et pas épais pour ne pas gêner la fermeture du spoiler… J’étais parti sur un HS-65 HB, mais il s’est avéré trop épais. Je me suis rabattu sur un vieux Dymond DS-62MG hors d’âge qui restait dans mes tiroirs et qui ne fait que 9 mm d’épaisseur.

- Un récepteur avec au moins… 3 voies, et petit format ! J’ai fait « riche » en installant un Jeti REX 6 Assist… La partie gyro ne sera pas utilisée, mais comme il permet en option d’avoir altimètre et variomètre intégrés… et que j’ai le droit de m’en servir car je n’envisage pas de faire de compétitions… Ce sera bien agréable d’en disposer.

- Une batterie de réception. Là aussi, j’ai changé mon choix initial qui était un élément Li-Ion de 2100 mAh. Mais la tension en service (autour des 4 V) s’est révélée un peu juste pour alimenter mon servo de spoiler qui ne décollait pas l’aimant à chaque fois. Je suis revenu à un classique pack NiMH 4 éléments de 900 mAh qui fait parfaitement l’affaire. Silence Modèle va proposer une solution à deux Li-Ion de 680 mAh plus régulateur de tension, ce qui devrait être voisin en masse.

- Une rallonge de servo courte pour la connexion facile du servo de spoiler lors de la mise en place de l’aile.

- Une rallonge de servo d’environ 200 mm pour relier le récepteur à la batterie de réception. On se passera d’interrupteur.

To complete the kit, you must provide:

- 2 servos for rudder and elevator. I chose the Hitec’s HS-53 as suggested by the Silence Model website. They weigh 8 grams each.

- 1 servo for the spoiler, powerful enough to take off the magnet and push the wide spoiler, but very small because space is limited, and not thick so as not to interfere with the closing of the spoiler… I was on an HS-65 HB, but it turned out too thick. I settled on an old Dymond DS-62MG that was left in my drawers and is only 9mm thick.

- A receiver with at least… 3 channels, and small size! I made “rich” by installing a Jeti REX 6 Assist… The gyro part will not be used, but as it allows an optional integrated altimeter and variometer… and I can use it because I do not plan to make competitions… It will be a very nice feature.

- A reception battery. Again, I changed my original choice which was a 2100mAh Li-Ion cell. But the in-service voltage (around 4V) turned out to be a bit tight to power my spoiler servo which didn't take off the magnet every time. I went back to a classic 900mAh 4-cell NiMH pack that does the job perfectly. Silence Model will offer a solution with two Li-Ion 680 mAh plus voltage regulator, which should be similar in weight.

- A short servo extension for easy connection of the spoiler servo when fitting the wing.

- A 200mm servo extension to connect the receiver to the Rx battery. No swith will be used.

Regardons la géométrie du Tichy 2000 RES

Avec peu d’informations au départ, j’ai souhaité en savoir un peu plus et j’ai donc mesuré la cellule.

La voilure présente une surface de 35,7 dm2. Seuls les panneaux externes présentent du dièdre : 8° pour le premier trapèze et 12° de plus pour le second trapèze et le saumon, soit 20° sur cette portion. Cela laisse augurer d’une excellente maniabilité en roulis. L’allongement est de 11, ce qui n’est pas énorme. Visiblement, le concepteur a privilégié la surface et donc une faible charge alaire, pour réduire le taux de chute minimum, quand un allongement plus fort aurait favorisé la finesse. Pas d’inquiétude toutefois pour avancer dans un peu de vent, même à faible charge alaire, car l’épaisseur relative du profil de 8,5 % va assurer une bonne pénétration. Par ailleurs, la conception du fuselage permet l’emport de ballast sur la platine, tenu par du velcro par exemple.

Le stabilisateur a une surface de seulement 4,1 dm2, soit 11,5 % de la surface de l’aile.

J’aime bien calculer le « volume de stab » qui me laisse me faire par avance d’une idée de la sensibilité d’un modèle en tangage… Petit rappel pour ce calcul :

Volume de stab = (Surface stab/Surface Aile) x (Bras de levier/Corde moyenne).

Ici, le calcul donne 0.41, ce qui n’est pas énorme. C’est une valeur que je prends pour des modèles de voltige avec des profils assez symétriques et à faible Cm0… Sur un gratteur à l’aile porteuse, je mets plus facilement 0,5…

Je m’attends donc à une profondeur sensible et à la nécessité d’être particulièrement précis sur le centrage pour espérer tirer le meilleur du planeur. Centré avant, il volera, mais ne sera pas plaisant. Un tout petit peu trop arrière et il pourrait vite avoir un comportement divergeant en tangage. On sera donc prudent. La notice confirme ce sentiment puisque la plage préconisée de centrage n’a que 4 mm de large, soit 2,2 % de la corde moyenne.

La dérive a une partie fixe relativement étroite, et une très grande gouverne. Associée aux dièdres importants, elle sera sans aucun doute efficace pour entrer et sortir de virage. Corollaire à prévoir, elle pourrait se montrer sensible autour du neutre, ce qui peut amener à un surcontrôle par le pilote sur les faibles corrections, ce qui peu donner un vol « dandinant ». Je prévoirais d’office de l’exponentiel sur la direction.

Concernant le spoiler, c’est un type d’aérofrein qui ne m’est pas familier. Un débattement de 75° est préconisé dans le texte. Je me fie à la notice qui indique qu’un mixage vers la profondeur est à prévoir, à savoir 5 mm de profondeur à cabrer pour le plein débattement du spoiler. On doit donc avoir un fort couple piqueur à contrer. Les essais permettront de le vérifier et d’affiner le réglage si nécessaire.

Let’s have a look to Tichy 2000 RES design

As we have few datas with the manual, I wanted to know a little more and so, I measured the airframe.

The wing has an area of ​​35.7 dm2. Only the outer panels have a dihedral: 8° for the first trapeze and 12° more for the second trapeze and the wing tip, making 20° on this section. This bodes well for excellent roll handling. The aspect ratio is 11, which isn't huge. Obviously, the designer favored the wing area and therefore a low wing loading, to reduce the minimum sink rate, when a higher aspect ratio would have favored the best glide angle. However, don't worry about going in moderate winds, even at low wing loading, as the relative thickness of the airfoil of 8.5% will ensure a good penetration. In addition, the design of the fuselage allows ballast weight to be carried on the plate, held by hook & loop strap for example.

The horizontal stabilizer has an area of ​​only 4.1 dm2, or 11.5% of the wing area.

I like to calculate what we name in french the "stab volume" which lets me get an idea in advance of the pitch sensitivity of the model... A little reminder for this calculation:

Stab volume = (Stab area / Wing area) x (Distance between CG and 25% of the stab width / Medium wing width).

Here, the calculation gives 0.41, which is not a lot. This is a value that I take for aerobatic models with fairly symmetrical airfoils and low Cm0 ... On a thermal glider with good lift wing, I uses more easily a value of 0.5...

I therefore expect a sensitive elevator and the need to be particularly accurate on the center of gravity in order to get the best out of the glider. Nose heavy, it will fly, but will not be pleasant. A little too far tail heavy and he could quickly have divergent pitch behavior. We will therefore be careful. The manual confirm this feeling since the recommended C.G. range is only 4 mm wide, or 2.2% of the average wing width.

The fin has a relatively narrow fixed surface, and a very large rudder. Associated with large dihedrals, it will undoubtedly be effective in entering and exiting turns. As a corollary to be expected, it could be sensitive near neutral, which can lead to overcontrol by the pilot on weak corrections, which could result in a “waddling” flight. I will schedule exponential on the rudder.

Regarding the spoiler, this is a type of airbrake that is unfamiliar to me. A deflection of 75° is recommended in the manual. I am relying on the instructions which indicate that a Spoile>Elevator mixing  is to be expected, namely 5 mm nose-up elevator for the full spoiler travel. We must therefore have a strong pitch down effect to counter. The tests will verify this and fine-tune the setting if necessary.

Les ailes

La première chose que l’on a envie de faire, c’est le placer les panneaux extérieurs sur le panneau central pour voir cette superbe plume dans son intégralité… Les clés d’ailes en carbone se montrent un peu trop épaisses et j’ai dû les poncer progressivement jusqu’à avoir un ajustement où elles se montent avec juste un peu de frottement. Ne tentez pas de les monter en force, ce serait risquer de casser quelque chose dans la frêle structure des panneaux. Une fois cet ajustage réalisé, les panneaux prennent leur place et les tétons assurent un parfait calage.

On peut alors déposer les panneaux externes, coller les aimants dans les logements ronds du panneau central et des panneaux externes et pour le « gros œuvre », c’est déjà fini ! A la limite, si vous voulez voler sans utiliser le spoiler, il suffit de le scotcher fermé et vous aurez une aile ultra légère !

Mais le spoiler, moi, je compte bien m’en servir… Donc, il faut tout d’abord coller les aimants qui maintiennent le spoiler en position fermé. Pourquoi est-ce utile ? Reprenez vos cours d’aérodynamique : l’extrados de l’aile est soumis à une dépression et donc, la palette est naturellement aspirée vers le haut. Comme le système de commande ne fait que pousser sur la palette pour la sortir, il faut la ramener en position fermée et l’y maintenir, c’est le rôle de l’aimant.

La pièce devant tenir l’amant dans le panneau d’aile a une surface de collage très réduite et il est peu aisé de la tenir durant le séchage. J’ai fait un empilement de balsa pour façonner un « pied » descendant jusqu’au coffrage d’intrados, ce qui assure une mise en place plus facile et une excellente tenue.

Le servo doit d’après la notice est légèrement surélevé pour qu’il soit au plus près de l’extrados… Avec le servo utilisé, ça ne m’a pas semblé nécessaire, et je l’ai collé (pistolet à colle chaude) directement sur le coffrage d’intrados. Le réglage de course du servo permet de facilement ajuster le point bas du palonnier pour être à la limite du contact avec la plaque.

Il faut réaliser une petite ouverture pour sortir le fil du servo sous l’aile.

Une plaquette d’époxy est à coller sous la palette du spoiler, afin d’éviter que le frottement répété du palonnier ne dégrade le balsa.

Enfin, il faut dégager les trous des vis de fixation, et pour bien couper l’entoilage, je le fais avec un fer à souder. Les bords sont recollés d’un coup de fer à entoiler.

 

Survolez les photos avec la souris pour lire les légendes, ou cliquez dessus pour les voir en grand.

Wings

The first thing you want to do is to install the outer panels on the central panel to see this superb wing in its entirety ... The carbon wing joiners are a little too thick and I had to sand them gradually until they had a fit with just a little friction. Do not try to force them up, this would risk breaking something in the frail structure of the panels. Once this adjustment has been made, the panels take their place and the studs ensure perfect wedging.

We can then remove the outer panels, glue the magnets into the round housings of the central panel and the outer panels and for the "main job", it's already over! Ultimately, if you want to fly without using the spoiler, you just have to tape it closed and you will have an ultra light wing!

But the spoiler, I intend to use it ... So, first you have to glue the magnets that hold the spoiler in the closed position. Why is this useful? Resume your aerodynamics lessons: the upper surface of the wing is subjected to a vacuum and therefore, the vane is naturally drawn upwards. As the control system only pushes on the pallet to take it out, you have to bring it back to the closed position and hold it there, this is the role of the magnet.

The small wood holder supporting the magnet in the wing panel has a very small bonding surface and is difficult to hold during drying. I made a stack of balsa to reate a "foot" going down to the lower surface sheeting, which ensures easier placement and excellent hold.

According to the instructions, the servo must be slightly raised so that it is as close as possible to the upper surface ... With the servo used, it didn't seem necessary to me, and I stuck it (hot glue gun) directly on the intrados sheeting. The servo stroke adjustment makes it easy to adjust the bottom point of the horn to be at the limit of contact with the plate.

You have to make a small opening to get the servo wire out from under the wing.

An epoxy plate will be glued under the spoiler plate, in order to prevent the repeated friction of the rudder from damaging the balsa.

Finally, you have to clear the wing fixing screw holes, and to cut the covering film properly, I uses  a soldering iron. The edges are glued with a covering iron.

 

 

Hover over the photos to read the captions, or click on them to see them in large size.

Fuselage

On commence par préparer la poutre de queue. J’ai repris les perçages des sorties des tubes des commandes pour les ajuster pile au diamètre des tubes, et en allongeant le trou oblong de la sortie de la commande de profondeur, afin de réduire la courbure de la gaine à la sortie et ainsi réduire les frottements et améliorer la précision du retour au neutre. Après quoi, les gaines doivent être collées par points sur la longue languette de balsa fournie. Des repères sont marqués avant collage pour que les longueurs débordant de la languette soient cohérentes. Le collage se fait à la cyano médium plus accélérateur. Pour la mise en place dans le tube de queue, on enfile les cordes à piano par l’arrière de la poutre, et ensuite, on met les gaines de commande sur les c.a.p. par l’avant. Les cordes à piano guident directement les gaines dans les trous de sortie. Il reste à fixer la languette de balsa bien horizontale avec quelques gouttes de cyano à l’avant. Ainsi, les gaines ne pourront pas flamber et on aura une précision optimale des gouvernes.

On passe sur la partie avant du fuselage et on pose le crochet de treuillage (si on compte l’utiliser, sans quoi, il y a 7 grammes à gagner…). Les vis fournies se sont révélées un peu courtes pour traverser à la fois la plaquette de contreplaqué et la platine en époxy. J’ai sorti deux vis plus longues de 3 mm de mes tiroirs.

On peut maintenant mettre en place le tube de queue, en enfilant d’abord les gaines des commandes par-dessus la platine radio et en les faisant passer par les trous du couple au niveau du bord d’attaque. Le tube se positionne dans les couples à la perfection, et il faut un peu aider à rentrer au travers du couple le plus avant en faisant tourner alternativement la poutre. L’avant du tube doit déborder du couple et pénétrer dans deux fentes à l’arrière de la platine en contreplaqué.

Attention, à ce stade, on ne doit pas avoir mis de colle sur la poutre !

On va fixer le panneau central de l’aile et le stab (Note : les vis nylon fournies pour fixer l’aile sont un peu longues et buttent sur la poutre, il suffit de les recouper avec un cutter), et en regardant par l’arrière, on va tourner la poutre jusqu’à ce que le stab et l’aile soient parfaitement parallèles. On peut alors déposer l’aile et coller la poutre en infiltrant de la cyano fluide par capillarité entre la poutre et les couples.

On avance dans le fuselage et on arrive à la trappe avant. On colle les aimants de fixation (attention à la polarité des aimants… Ils doivent s’attirer, pas se repousser ! Faites de marques…). Côté fuselage, j’ai ajouté une petite chute de bois sous les trous des aimants, pour former un boîtier plus complet. Ce sera plus fiable dans la durée et le collage de l’aimant est facilité.

Il reste à visser les servos en place et connecter les commandes. Pour cela, on peut juste faire des plis, mais on n’a alors pas de possibilité de réglage. J’ai préféré ajouter des mini-connecteurs sur les palonniers, je peux ajuster mes neutres très facilement, c’est mieux que de finir avec des palonniers non perpendiculaires aux boîtiers et une grosse dose de « sub-trim » !

Le récepteur est placé derrière les servos, en ayant connecté une rallonge de 5 cm pour brancher aisément le servo du spoiler sur le terrain, et une rallonge de 200 mm pour aller jusqu’à l’avant et connecter la batterie de réception. J’ai collé deux chutes de gaine plastique de 2 mm de diamètre intérieur pour tenir les antennes du récepteur calées à 90° l’une de l’autre. Avant de placer la batterie, une première évaluation du centrage m’a fait ajouter un lest au fond du nez (10 grammes). La batterie en place, je l’ai calée avec de la mousse.

Et voilà… On est au bout du montage. Il n’a pris que quelques petites heures. En une journée, tout modéliste un peu habitué mettra le Tichy 2000 RES en ordre de vol.

 

Survolez les photos avec la souris pour lire les légendes, ou cliquez dessus pour les voir en grand.

Fuselage

Let’s start by preparing the tail boom. I drilled the tube outputs to adjust them to the exact diameter of the tubes, and I lengthened the oblong hole of the output of the elevator control, in order to reduce the curvature of the tube at the output and thus reduce friction and improve the accuracy of the neutral. Then, the tubes must be glued in a few points on the long balsa strip provided. I made marks  before gluing so that the lengths protruding from the strip are consistent. The gluing is done with medium cyano and accelerator. For installation in the tail boom, I thread the piano wires through the rear of the boom, and then I put the tuves over the piano wires from the front. The piano wires guide the tubes directly into the outlet holes. It remains to fix the balsa strip horizontally with a few drops of cyano at the front. Thus, the tubes will not be able to buckle and we will have an optimal precision of the control surfaces.

Let’s go to the front part of the fuselage. We install the towing hook (if we intend to use it, otherwise, 7 grams can be saved ...). The screws provided are a bit short to go through both the plywood board and the epoxy plate. I took out two screws 3mm more long from my drawers.

The tail tube can now be positioned, by first threading the control tubes over the radio deck and threading them through the holes of the former at the leading edge. The tube is perfectly positioned by the formers, but it is necessary to help a little to enter through the frontmost former by rotating the beam alternately. The front of the tube should overflow the former and enter two slots on the back of the plywood plate.

Caution, at this stage, we must not have glued the boom!

We can attach the wing central panel and the horizontal stabilizer (Note: the nylon screws supplied to attach the wing are a bit long and touch the boom, just cut them with a cutter blade), and looking through the rear, turn the boom until the stab and the wing are perfectly parallel. We can then remove the wing and glue the beam by infiltrating by capillary action thin cyano between the boom and the formers.

We advance in the fuselage and arrive at the front hatch. Glue the fixing magnets (pay attention to the polarity of the magnets ... They must attract, not repel each other! Make marks ...). On the fuselage side, I added a small scrap of wood under the magnet holes, to make a more complete case. It will be more reliable over time and the bonding of the magnet is easier.

It remains to screw the servos in place and connect the controls. For that, we can just fild the piano wires, but then we have no possibility of adjustment. I preferred to add mini-connectors on the servo arms, I can adjust my neutrals very easily, it's better than horns not perpendicular to the housings and a big "sub-trim"rates !

The receiver is placed behind the servos, having connected a 5cm extension to easily connect the spoiler servo at the field, and a 200mm extension to go to the front and connect the receiver battery. I glued two scraps of 2mm inside diameter plastic tubing to hold the receiver antennas at 90 ° to each other. Before placing the battery, a first C.G. test made me add a weight in the nose (10 grams). The battery in place, I propped it up with soft foam.

And here we are… We're at the end of the assembly. It only took a few short hours. In one day, any modeller with an average experience will get its Tichy 2000 RES ready for its maiden flight.

 

 

 

 

 

Hover over the photos to read the captions, or click on them to see them in large size.

Réglages

Centrage : Il n’est pas facile de poser l’aile du Tichy 2000 RES sur des potences d’équilibrage courantes, car l’intrados de l’aile n’étant pas coffré, on ne peut prendre appui que juste au niveau de nervures et donc, il faut un écartement correspondant parfaitement avec l’écart entre les deux premières nervures accessibles… Je me suis confectionné une « balance » en impression 3D et de petites lamelles que je scotche sous l’aile au niveau des nervures. Les lamelles ont été finement striées afin d’empêcher le glissement. Ainsi, je peux mesure le centrage avec précision.

J’ai commencé avec un centrage conforme à la notice, soit à 80 mm en arrière du bord d’attaque, soit 40 % de la corde. J’ai trouvé ce centrage trop arrière à mon goût, le planeur étant nettement « divergeant » lors du test du « piqué ». J’ai ajouté un peu de lest pour arriver à un planeur qui remonte très doucement après une mise en piqué et profondeur relâchée. Le centrage mesuré alors est à 75 mm du bord d’attaque, soit 37,5 % de la corde. Même à ce centrage, le neutre de la gouverne de profondeur n’est pas aligné sur le stabilisateur, mais décalé très légèrement à piquer. Mais comme le stab très souple refuse de rester vraiment plan, c’est peut-être lié à cette très légère déformation du plan fixe.

 

Débattements : Pour la profondeur, je suis à la valeur de la notice, mais avec de l’expo, car comme je l’avais pressenti, elle est très agressive autour du neutre.

La direction est très efficace et je me suis contenté de 40 mm de débattement de chaque côté (60 mm dans la notice), et l’expo mis dès le départ a été conservé, le comportement est très bien ainsi.

  • Profondeur : +/- 10 mm avec 30 % d’expo.
  • Direction : +/- 40 mm avec 30 % d’expo
  • Spoiler : débattement maxi : 75°

 

Mixage Spoiler vers profondeur : J’ai fait une courbe en trois points pour une compensation homogène sur toute la course, avec un taux un peu plus fort que celui de la notice.

  • Spoiler rentré : Profondeur au neutre
  • Spoiler ouvert à 45° : 4 mm à cabrer.
  • Spoiler ouvert à 75° : 7 mm à cabrer.

 

Note : j’ai fait part de mes réglages à Silence Modèle, il est possible que les futures notices reçoivent des modifications, ne soyez donc pas surpris si vous lisez des valeurs plus proches des miennes sur les prochains kits livrés...

 

Survolez les photos avec la souris pour lire les légendes, ou cliquez dessus pour les voir en grand.

 

 

Settings

C.G. setting: It is not easy to put the wing of the Tichy 2000 RES on common balancing brackets, because the lower surface of the wing doesn’t have balsa sheeting, and we can only take support just at the level of the ribs and therefore, we need a spacing that matches perfectly with the gap between the first two accessible ribs ... I made a custom 3D printed "scale" and small slats that I tape under the wing at the ribs. The stats have been finely ridged to prevent slipping. So I can measure the C.G. location accurately.

I started with a C.G. as per the instructions, at 80mm behind the leading edge or 40% of the wing width. I found this C.GK.gravity too « tail heavy » for me, as the glider was clearly "diverging" during the "nose-down" test. I added a little nose weight to get a glider that recover very slowly after a nose-down push and and releasing the elevator. The C.G. measured is now75 mm from the leading edge, or 37.5% of the wing width. Even at this C.G. the neutral of the elevator is not aligned with the horizontal stabilizer, but offset very slightly to nose down. But since the very soft stab refuses to stay really flat, it may be due to this very slight deformation of the fixed tailplane.

 

Throws: For the elevator, I uses the value of the manual, but with the expo, because as I expected, it is very sensitive around the neutral.

The rudder is very efficient and I was satisfied with 40mm of travel on each side (60mm in the manual), and the expo set from the start has been preserved, the handling is very good.

 

  • Elevator: +/- 10 mm with 30% expo.
  • Rudder: +/- 40 mm with 30% expo.
  • Spoiler: maximum travel: 75 °.

 

Spoiler-to-elevator mixing: I made a three-point curve for even compensation over the full range, with a rate a little higher than that of the manual.

  • Spoiler retracted: Elevator at neutral
  • Spoiler open at 45 °: 4 mm nose-up.
  • Spoiler open at 75 °: 7 mm nose-up.

 

Note: I sent my settings to Silence Model, it is possible that future manuals will receive changes, so don't be surprised if you read values ​​closer to mine on the next kits delivered ...

 

 

Hover over the photos to read the captions, or click on them to see them in large size.

Le Tichy 2000 RES en vol

Mon premier vol avec le Tichy 2000 RES s’est fait en vol de pente. La météo annonçait un vent très léger de sud, le 24 décembre 2021, et j’ai profité d’un trou entre les averses pour monter sur la pente sud de Mâcon. En fait, le vent était plus fort qu’annoncé, 15 à 30 km/h, la portance était donc bien présente. D’emblée, le profil mince (8,5 %) montre tout son intérêt. Malgré la très faible charge alaire, le Tichy avance très bien dans le vent ! La maniabilité est excellente et même la profondeur plus agressive que je ne pensais. Pour ce premier vol, je suis centré à 80 mm. Après réglage fin du trim de profondeur, je réalise quelques tests de centrage en piquant et en relâchant la profondeur et le Tichy accentue systématiquement le piqué. C’est le symptôme d’un centrage trop arrière. Je pose et j’ajoute du lest dans le nez. Cette fois, sur le même test, le Tichy redresse très lentement, ça me convient ! Je mesurerais le centrage obtenu au retour à l’atelier : 75 mm, ce qui est plus avant que la valeur la plus avant de la notice. Le long vol qui a suivi a permis de bien prendre en main le planeur, d’augmenter la valeur de l’expo sur la profondeur afin de piloter doux et fin autour du neutre, sans perdre l’énorme efficacité possible au débattement maximal. J’ai également réglé avec précision le mixage spoiler > profondeur afin d’avoir juste une très faible variation d’assiette à piquer quand je sors le spoiler.

Ce qui ressort d’un vol dans une bonne portance, c’est une très grande manœuvrabilité, la dérive permettant des mises en virage, des sorties de virage et des inversions du sens de virage aussi efficace que si on avait des ailerons. Il est possible de spiraler pratiquement sur le saumon. En vol horizontal, le décrochage arrive tard, mais l’abattée est bien marquée. Par contre, en ajoutant de la direction, le Tichy ne part pas en vrille, il se met en spirale ultra-serrée !

La voltige se limite aux boucles, qui doivent être suffisamment serrées dès le départ pour bien passer le sommet et être ronde. Le peu d’inertie fait que si on ne tire pas assez au départ, on a une « virgule » au sommet. Le tonneau très lent est possible, mais pas facile et visiblement pas fait pour le Tichy. Le renversement n’est pas « propre », car l’effet des dièdres fait fortement désaxer le planeur lors du basculement.

Le très gros point fort du planeur, c’est cette facilité à avancer dans un vent déjà fort pour la très faible masse de la machine ! Il fait jeu égal avec des machines de même taille chargées plus dans les 25 à 30 g/dm2 dotés de profils plus épais et plus anciens. C’est remarquable ! Et il sera possible de loger du lest dans le fuselage si nécessaire. Un plomb de 100 grammes est parfaitement envisageable.

Flying the Tichy 2000 RES

The maiden flight of my Tichy 2000 RES was at slope. The weather forecast called for a very light southerly wind on December 24, 2021, and I took advantage of a gap between the showers to climb up the southern slope of Mâcon (France, Burgondy). In fact, the wind was stronger than advertised, 15 to 30 km/h, so the lift was consequent. Immediately, the slim airfoil (8.5%) shows all its advantage. Despite the very low wing loading, the Tichy penetrates very well in the wind! The maneuverability is excellent and the elevator even more aggressive than I expected. For this maiden, the C.G. is located at 80 mm. After a fine trimming of the elevator, I made a few C.G. tests, by diving and releasing the elevator, and each time, Tichy systematically accentuates the dive. This means a tail heavy symptom. I land the Tichy and I add some weight in the nose. Now, with the same test, the nose recovers very slowly, that’s OK for me. Later, back to the workshop, the measure of C.G. shows 75 mm, a smaller value than the frontmost value of the manual.

The long flight that followed allowed to “learn” the glider, to fine tune the elevator trim in order to fly smooth and accurate around neutral, without losing the huhe efficiency available at maximum travel. I've also fine-tuned the spoiler> elevator mix so that I just have a tiny pitch-down variation when I deploy the spoiler. What emerges from flying with good lift is a great maneuverability, with the rudder allowing to enter, exit or reverse turns as easily as with ailerons. It is possible to practically turn on the wing tip. In horizontal flight, the stall comes late, but the nose dives neatly. Adding rudder doesn’t enter the Tichy in a spin, but in a very tight spiral. Aerobatics are limited to loops, which must be started tight enough to pass the top well and be round. The low inertia means that if you don't pull enough at the start, you get a "comma" at the top.

A very slow roll is possible... But it is not easy and really not made for the Tichy. Stall turns are not clean because the dihedral effet is too huge to keep the axles.

The great strength of the glider is its ease of moving forward in quite strong wind for the very low mass of the machine! It is on par with machines of the same size with a 25 to 30 g/dm2 wing load with thicker and older airfoils. It's amazing ! And it will be possible to install ballast in the fuselage if necessary. A 100 gram weight is perfectly possible.

 

 

 

J’ai ensuite testé le Tichy en plaine, avec mise en altitude à l’aide d’un mini-sandow que j’utilise habituellement pour des planeurs de 1 à 1,4 m d’envergure. Mais comme la masse du Tichy est vraiment faible, il est bien adapté. C’est un sandow adapté à un site de vol de taille réduite ne permettant pas l’usage d’un sandow de longueur standard. Il est composé de seulement 6 mètres de tube silicone (permettant 500 % d’extension) et d’environ 20 mètres de fil nylon. La montée est parfaite et vraiment facile ! Il n’y pratiquement rien à faire d’autre que de regarder le Tichy escalader le ciel ! Il faut juste parfois un peu aider à décrocher le câble… et ensuite partir à la recherche d’ascendances.

En volant dans un air totalement neutre, vent nul, pas la moindre ascendance, pas la moindre dégueulante non plus, j’ai pu évaluer le taux de chute minimal du Tichy 2000 RES, d’une part en lisant les valeurs données par le variomètre, et en les croisant avec le temps total d’un vol depuis le décrochage du sandow (hauteur connue grâce à l’altimètre)… Le résultat est autour des 0,22 m/s, ce qui vraiment très peu ! La vocation de gratteur est sans équivoque !

 

 

 

Then, I tested the Tichy on flat field, using a « mini » Hi-Start device, used for 1.0 to 1.4 m weingpan gliders, but the low weight of the Tichy makes it a good choice. This is a very short Hi-Start device, used on a short field, wich does’t allow the use of a standard lenght Hi-Start. It is made of 6 meters of silicon tubing (can be extended 500%) and of 20 meters of nylon rope.

The climb is perfect and really easy ! Almost nothing to do but looking the Tichy goeint to the skies ! Just a little help to release the line... and then, to search lift zones !

Flying in very neutral air, no wind, not the slightest lift, not the slightest downdraft either, I was able to assess the Tichy 2000 RES minimum sink rate , by reading the values given by the variometer , and by crossing them with the total time of a flight since the release of the bungee cord (height known thanks to the altimeter) ... The result is around 0.22 m/s, which really is very low! The vocation for thermal gliding  is unequivocal!

 

 

C’est fin janvier 2022 que j’ai pu trouver des conditions pour tester le Tichy 2000 RES dans un vent faible en pente. C’est sur la pente de Donzy le Pertuis (Près de Cluny) et par une petite brise d’ouest de 5 km/h très régulière, avec une température de 2 °C et sous un ciel plombé ne laissant aucun espoir de thermique que j’ai pu apprécier le Tichy 2000 RES dans ce qu’il a de meilleur : sa capacité à exploiter une faible portance. Là, il se montre vraiment dans son élément, doux, stable, facile et ne demandant qu’à monter ! Avec ces 5 km/h de vent, sur cette pente d’un dénivelé de 35 mètres assez raide, le vario donnait un 0,7 m/s en moyenne au « trim de transition ». La maniabilité est parfaite. On note que la vitesse de vol reste assez élevée pour la masse du modèle, ce qui permet d’explorer la pente de long en large en peu de temps. Aucun doute, l’aile traîne peu ! Sur cette pente où l’aire d’atterrissage est de très petite surface, et même dans un vent aussi faible, l’aérofrein est vraiment agréable pour gérer avec précision le point de poser. Sans quoi, la finesse du modèle obligerait à le plaquer au sol en poussant… A propos de cet aérofrein, j’ai cette fois testé son effet sur un éventuel masquage des empennages. La maniabilité reste bonne en roulis, avec juste un taux de roulis légèrement plus faible que quand le frein est rentré. En fait, le seul effet notoire est bien le couple piqueur dont j’ai déjà parlé et qui se compense aisément avec un mixage AF->Profondeur.

Les conditions hivernales et anticycloniques m’ont obligé à attendre des jours meilleurs pour tester le Tichy 2000 RES dans des thermiques, et je compléterais le texte de la partie « essais en vol » dès que j’aurais pu trouver des conditions adéquates… Revenez de temps en temps sur cette page pour voir si j’ai pu finaliser cet aspect du vol.

It is by the end of January 2022 that I was able to find conditions to test the Tichy 2000 RES in a light wind at slope. It is on the slope of Donzy le Pertuis (Near Cluny, France, Burgondy) and by a very regular light 5 km/h westerly breeze, with a temperature of 2°C and under a leaden sky leaving no hope of thermals that I was able to appreciate the Tichy 2000 RES at its best: its ability to exploit low lift. There, it is in his element : soft, stable, easy to fly and just climbing! With these 5 km/h of wind, on this slope with a fairly steep drop of 35 meters, the variometer gave 0.7 m/s average climb rate flying at the “transition speed trim”. The handling is perfect. It is noted that the flight speed remains quite high for the weight of the model, which makes it possible to explore the slope up and down in a short time. No doubt, the wing drag is very low! On this slope where the landing area is tiny, and even in such a light wind, the spoiler is really nice to manage the landing point with accuracy. Otherwise, the glide ratio of the model would force to push it down on the ground… About this airbrake, this time I tested its effect on a possible masking of the tail surfaces. Roll rate remains good, with just a slightly lower roll rate than when the spoiler is retracted. In fact, the only noticeable effect is the pitch down torque I have already mentioned and which is easily managed with a spoiler->elevator mixing.

 

The winter and high pressure conditions forced me to wait for better days to test the Tichy 2000 RES in thermals, and I would complete the text of the “flight tests” part as soon as I could find suitable conditions… Come back from time to time on this page to see if I was able to finalize this aspect of the flight.

Contrat rempli !

Je voulais savoir ce qu’était un planeur RES moderne, le Tichy 2000 RES ne m’a pas déçu ! Il correspond parfaitement à son cahier des charges : Léger, maniable, pénétrant, chutant très peu, c’est le modèle parfait pour voler dans le petit temps, et qui peut malgré tout avancer dans des vents modérés. Il n’est pas fait pour voltiger, mais en contrepartie, il offre des performances vraiment remarquables pour un modèle aux ailes en structure bois très basique. Notons que bien que deux axes, ce n’est pas un modèle pour pilote débutant, car il s’utilise avec un centrage plutôt en limite arrière pour en tirer le meilleur, et sa structure n’est pas faite pour encaisser des atterrissages approximatifs. Il me rappelle irrésistiblement mon « Slider » de l’époque du début des compétitions de planeurs « lancer-mains », en plus grand et avec l’avantage de son aérofrein pour poser plus facilement avec une grande précision. A noter qu’il se rattrape aisément à la main quand l’air n’est pas turbulent. Bref, c’est moins de 500 grammes, mais un plaisir inversement proportionnel à sa masse ! N’hésitez pas, c’est un planeur à avoir dans sa flotte !

Contract completed!

I wanted to know what a modern RES glider was, the Tichy 2000 RES did not disappoint me! It matches perfectly to its specifications: Light, handy, penetrating, a very low sink rate, it is the perfect model for flying in tiny lift, and which can nevertheless advance in moderate winds. It is not made for aerobatics, but on the other hand, it offers truly remarkable performance for a model with very basic wooden structure wings. Note that although Rudder/Elevator control, it is not a model for beginners, as it is used with a rear limit C.G. to get the best out of it, and its structure is not made to take rough landings. It irresistibly reminds me of my "Slider" from the time of the beginning of "hand-lanch" glider contests, larger and with the advantage of its spoiler to land more easily with great accuracy. Note that it is easily caught by hand when the air is not turbulent, like HLGs. In short, it is less than 500 grams, but a pleasure inversely proportional to its weight! Do not hesitate, it is a glider to have in your fleet!

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Louis Coussot