Visites depuis le 12-10-2016

Retrouvez-moi sur FaceBook

(Cherchez Jean-Louis Coussot)
Pages professionnelles :

Site Web  MODEL CONSULT

Page Facebook MODEL CONSULT

 

La météo avec WindyTV

Mâcon-Charnay

Aéroclub du Mâconnais - Louis Berrard

 

 

De Juillet 2011 à fin 2014

La longue interruption de la pratique de l'aviation légère prend fin, plus tôt que prévu... En effet, si les raisons économiques m'avaient poussé à cesser l'activité, j'espérais la reprendre une fois la maison payée... Mais la perspective de ne plus pouvoir utiliser ma licence TT et de devoir repasser un PPL complet avec les frais que ça engendre m'ont conduit à revalider mon TT, et à le transformer en PPL avant la date butoir. C'est ainsi que depuis l'été 2011, je vole avec les avions de l'Aéroclub du Mâconnais, à "dose raisonnable".

 

Quelques extraits de mon "nouveau premier solo" après 18 ans d'interruption.

 

Voici une vue de la finale en piste 35 avec un peu de vent d'ouest et une petite pluie...

 

Par contre, entre temps, mon changement de métier m'a donné l'habitude d'avoir souvent un appareil photo sous la main, et cette fois, je collecte un maximum d'images !

 

Vous en trouverez en cliquant sur l'onglet "AUTOUR DE MÂCON".

 

 

 

La flotte de l'aéroclub

 

DR 400-108 F-BVYD

Le moins puissant de la flotte, utilisé principalement en école.

 

 

DR 400-120 F-GXEK

Moderne et confortable, c'était ma monture la plus régulière.

 

 

DR 400-120 F-GDYX

Ce DR 400 faisait partie de la flotte dans la période où j'ai volé à Mâcon. Il a été endommagé à l'atterrissage depuis et ne fait plus partie de la flotte ajourd'hui.

DR 400-140

Victor Lima est une vielle connaissance ! Je volais dessus aux Mureaux, et c'était alors un DR 400-108. Remotorisé avec un 150 CV, il est devenu brillant ! Je l'ai retrouvé avec plaisir.

 

 

DR 400-180 F-GGQY

Le plus puissant des DR 400 Mâconnais, le Québec Yankee voyage beaucoup. Je n'ai pas volé à son bord.

 

 

Rallye 180 F-BTPA (MS 893)

Papa Alpha a été une de mes motivations pour reprendre le pilotage. J'allais retrouver mes marques, celles de l'époque où je remorquais les planeurs... Il était toutefois un peu différent, car doté d'une hélice à pas plus fort, pour avancer "un peu" plus vite, ou plutôt "moins lentement".

 

Pour beaucoup, ça ne changera pas grand chose... Trop "différent" pour des pilotes majoritairement habitués aux DR 400 et qui le trouvaient "dificille" (un comble quand on connait la réputation du Rallye d'avion "trop facile"...), il ne volait pas assez et a fini par être réformé et vendu à une école de mécaniciens aviation. A noter qu'il était équipé d'un Malonnier, et permettait de faire piloter des pilotes handicapés. Mais pour moi, plus de Rallye, ça a été un manque très net. Je ne pouvais pas voler autant que je l'aurais voulu avec lui, simplement pour des questions bassement matérielles, mais je suis de ceux qui ont eu l'occasion de vivre de très belles heures à bord de ces machines un peu atypiques, et je me demanque quand j'aurais à nouveau la chance de pouvoir en repiloter un. Une page se tourne... Il paraît qu'on est en 2013 et que ce genre d'avion n'a plus sa place. Moi, j'aime l'aviation d'il y a 30 ans, et même celle d'il y a bien plus (Quel meilleur moniteur de pilotage qu'un Piper J3 de 1937 ?). Je suis peut-être un dinausaure...

Fin 2014, le manque de visibilité... sur ma vie professionnelle me fait prendre à nouveau la décision d'arrêter à nouveau le vol grandeur nature, pour une durée indéterminée. Je reste en contact avec l'aéro-club, et je viens de temps à autre y animer des journées portes ouvertes ou pour les Kiwanis, en tenant un petit stand de simulation qui a toujours un beau succès.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Louis Coussot